Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prologue - le piège des casinos en ligne - la douche froide.

 

Mon premier contact avec les jeux d'argents en ligne a été d'entrée, il faut le dire, une douche froide.

 

Celà remonte à plusieurs années (8 ans je pense), où profitant honteusement du fait que ma femme se soit absentée quelques semaines, je me suis essayé aux casinos en ligne.

 

Après quelques premières sessions de Blackjack, j'avais eu la chance de faire quelques gains. Mais les frais bancaires étant proportionnellement importants pour les retirer, je me suis dit qu'il fallait tenter d'augmenter ces gains, pour que ce soit rentable. Mal m'en a pris, puisque la chance a tourné et que ça a rapidement tourné à la catastrophe. Même si je ne me souviens pas de la somme exacte, j'ai dû y laisser quelques 600 EUR en moins d'une semaine. 

 

Après avoir avoué ce méfait à mon épouse, je m'étais juré de ne plus jouer d'argent en ligne. Promesse tenue pendant plusieurs annéees ... (oups ... ne lisez pas la suite si vous voulez rester sur cette sage décision)

 

Episode 2- Poker - Les débuts et la mise en place d'une gestion de Bankroll

 

En ce qui concerne le Poker, j'ai d'abord fait quelques essais en "play monney" (salutation à Eiffel au passage), puis après quelques parties avec des amis, je me suis décidé début 2009 à franchir le pas et d'enfreindre par la même mon ancienne promesse. Ceci dit, plusieurs points m'ont préservé de me retrouver dans un scénario similaire à celui décrit dans l'épisode 1:

 

1- J'ai été dans l'ensemble raisonnable sur les mises initales de mes premiers Sit&Go (rarement plus de 1 ou 2 € de buy-in), on peut dire que la douche froide précédente, même si ancienne à ce moment là, m'avait bien aidé à entrevoir les dérives possibles.

 

2- En allant acheter mon second livre de Poker dans un grand magasin Parisien, j'ai eu la chance de rencontrer François Montmirel et Jean-Paul "Jupiter" Renoux (de l'Ecole Française de Poker) à la Fnac, avec qui j'ai pu échanger sur la notion de Bankroll (BR) Management. Ces derniers étaient en promotion pour le livre Poker Sit&Go de "Jupiter", que j'ai acheté et qui m'a été dédicacé par Jean-Paul.

 

3- La lecture du paragraphe de Bankroll Management du précédent ouvrage m'a permis de conforter mon approche sur ce point.

 

Episode 3- Un démarrage plutôt laborieux de fin juin 2009 à fin février 20010

 

Fin juin 2009, en pleine lecture du livre Poker Sit&Go , je me décide à initier un tableur avec le suivi de Bankroll et tous mes résultats de sessions. Contexte oblige, je me spécialise dans les Sit&Go (SNG). "Spécialiser" est un bien grand mot, compte tenu de la médiocrité de mes résultats. Mes sites de l'époque: Betclic (le hasard à mes débuts) et Everest Poker (conseillé par Jupiter pour ses structures plus lentes et laissant donc moins de place au hasard).

 

Après plusieurs mois, quelques "mini-tilts" (n'aurais-je pas été toujours rigoureux avec la règle des 2% ?!?!?), plusieurs centaines de Sit&Go (majoritairement full ring) , le bilan n'est pas glorieux. Jusqu'en février 2010, je suis légèrement en négatif, n'arrivant pas battre le rake, malgré l'experience qui commence à rentrer et que je me sente vraiment à l'aise sur ce format.

 

J'alternerai avec des parties de Cash Games et des tournois multitables (MTT), mais en "monotablant" les premiers mois. Le cash et les MTT seront encore moins bénéfiques que les SNG (sans être tout de même catastrophiques).

 

Je ferai tout de même de nombreuses places honorables sur des freerolls ou gros MTT en terme de champ (>300 joueurs) après la bulle mais jamais de table finale  (échantillon d'une quarantaine de MTT en tout à cette époque, guère plus aujourd'hui faute de pouvoir m'investir suffisamment longtemps en soirée sur ce type de tournois, j'ai quand même une famille et un boulot).

 

Je mettrai ces résultas médicocres sur le compte de la phase d'apprentissage inévitable dans cette discipline.

 

Un petit mot sur la gestion de Bankroll pratiquée (hormis les quelques écarts de conduite évoqués plus haut):

 

J'investirai jusqu'à janvier 100 €  tous les 2 mois dans ma BR jusqu'à janvier 2010. A cette date, ayant ainsi investi près de 500 €, je décide de ne plus injecter d'argent, ce que j'ai réussi jusqu'à ce jour.

 

J'appliquerai alors sauf très rares exceptions (encore ces maudits tilts !) la règle de:

- 2% max de ma BR pour les SNG

- 1% max de ma BR pour les MTT

- 2% de ma BR pour une cave de cash game (pratiquement toujours stacké à 100BB, pour jouer deepstack, ce qui a été très laborieux à appréhender pour un joueur de SNG)

 

Rien de bien novateur mais un apprentissage de la rigueur de la gestion de BR.

 

Je jouerai donc principalement durant cette période en:

- SNG 0,5 à 5 $ ou € de buy-in, quelques tentatives à 10 $ (ou plus 15 ou 20 $, mais là c'est encore le tilt)

- Cash Game en NL2 à NL10 et PLO2 à PLO10 (avec quelques claques au passage sur cette variante très volatile). 

 

Episode 4- Réveil et le passage au dessus du niveau de la mer

 

Quelques lectures de livres (notamment Poker Cash de Dan Harrington), une consultation intensive des forums techniques et (notamment celui de l'EFP), d'émissions sur Poker Channel, et plusieurs centaines de sessions plus loin, les choses commencent à (enfin !) s'améliorer.

 

Je rentre en février 2010 dans la catégorie des joueurs gagnants sur le long terme, ce qui était mon principal défi au départ, lorsque ma courbe de gains cumulés peut enfin s'appeler "gains" et plus "pertes" et culminer à un peu plus de 60 €. J'en ai encore le vertige .

 

Un première victoire dans un tournoi de Pot Limit Omaha en février 2010 (on n'était que 24 et ce n'était que 5,5 $ de buy-in mais sur le coup j'étais très content) et une bonne série en Sit&Go 10 et 6 joueurs permettront à ma BR de  reprendre des couleurs.

 

Par la suite, la confiance et la sensible augmention de Bankroll aidant, je jouerai un peu plus régulièrement des SNG 10 $ ou 10 € (sans avoir la peur au ventre ).  Je joue à partir de ce moment en général deux tables simultanées. Je ne peux et ne souhaite pour le moment pas augmenter le nombre de tables jouées simultanément pour les raisons suivantes:

- écran de portable limité

- pouvoir un minimum observer l'action aux tables et profiler mes adversaires (ne pas jouer en mode "robot")

- la plus importante: cerveau limité et "missclicks" pouvant devenir nombreux à plus de 3 tables

 

Entretemps la nouvelle législation est entrée en vigueur et malgré les nombreux incovénients générés et la râle générale à laquelle je m'associe, symbolisés par le slogan "l'ARJEL m'a tuer" (cloisonnement des joueurs Français, augmentation du rake ...), j'ai trouvé sur BWIN un des plus beaux aquariums jamais rencontrés.

 

Si parfois ça fait mal contre quelques "fishs" ("pigeons" que tout joueur de poker recherche) qui touchent leur carte miracle alors que tout est parti au milieu, c'est clairement EV+ (espérance de gain positive sur long terme, qui dicte chaque action d'un joueur de poker ).

 

Sur BWIN, j'ai déposé 100 E€ début juin et mon solde est à plus de 400 € à ce jour (malgré les relativement faibles Buy-In imposés par ma gestion Bankroll), après un gros "rush"  ce mois-ci suivi immédiatement d'un bad run  (dû essentiellement à la variance dans les 2 cas je pense, surtout en Pot Limit Omaha où tout ça va très très vite) du même accabit.

 

 Ma courbe de gain a fait un peu le yoyo ces dernières semaines mais reste nettement dans le vert en partie grâce au faible niveau de jeu observé jusqu'alors pour de nombreux adversaires .

 

Je suis actuellement (avant la prochaine déferlante) à un peu plus de 500 € cumulés depuis juin 2009. C'est loin d'être énorme au vu du temps passé devant l'écran, mais c'est une première satisfaction par rapport à la somme initialement engagée somme toute modeste (environ 100% de bénéfice sur le ).

 

Le taux horaire est donc plus que dérisoire mais la passion prend le dessus et j'espère entrer dans une phase où je vais rentabiliser davantage le temps passé grâce à:

- mon expérience accrue, même si ma marge de progression reste encore très importante

- une bankroll d'un peu plus de 1000 € me permettant de jouer des buy-in un peu plus importants que l'année passée 

- un niveau très bas sur les sites .fr qui avec la pub à la télé, j'espère, ne va pas décoller trop rapidement

- l'espoir de faire un jour peut-être enfin une performance dans un MTT (ce qui est sans doute ma plus grosse frustration à ce jour)

 

 Voilà en gros la situation et mon état d'esprit aujourd'hui.  

 

Tag(s) : #Bilan

Partager cet article

Repost 0