Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ane.jpg

 

Une soirée de vendredi qui était bien partie pour être exceptionnelle, avec pas mal de réussite, ce qui ne m'était pas arrivé depuis un bon moment sur Everest où ma bankroll sur cette room fond petit à petit depuis quelques mois.

 

Je pointais en effet en fin de soirée dans le top du classement simultanément sur le 5€ R et le 12€ R.

 

Je ne vais pas m'attarder sur le déroulement de ces deux tournois, mais plutôt sur le coup qui est à l'origine du titre et de l'affiche.

 

Pour résumer simplement, entre réussite (mes 70/30 passent et c'est déjà énorme, des tirages obtenus à moindre frais qui rentrent et font mouche, des sets qui "minent", une ou deux mains sur les tournois où je suis derrière et qui passent contre des plus shorts, quelques bad quand même mais pas trop handicapants) et spots plutôt bien choisis, quelques fois contrés mais sans trop de dégâts, j'enchaîne les prises de butin pour monter de beaux stacks.

 

Dans le 12€ Rebuy, après 4h30 de combat environ, je finis par rendre les armes en poussant de manière standard avec A9s du cut off mes 4-5 blindes alors que nous ne sommes plus que 6 sur les 131 joueurs au départ. Pas de bol, la grosse blinde a AK et ça tient. En tout cas pas de regret, move standard et EV+ sur le long terme. D'autant plus que j'étais 6e sur 6 et assez loin derrière, fallait tenter de remonter d'une manière ou d'une autre, en doublant ou en prenant blindes et antes directement, donc clairement aucune hésitation avec cette main.

 

Dans le 5€ Rebuy, je pointe un bon moment dans le top 3 alors que la bulle de la TF approche. J'ai entre deux et trois fois la moyenne, donc je me dis que je suis bien et que je devrais pouvoir signer une perf intéressante.

 

Tout va bien, même si je viens de sauter de l'autre tournoi, j'ai quand même déjà encaissé plus de 220€ et peux maintenant me concentrer sur ce dernier à 100%. Je vais continuer à grind sérieusement et maintenir ma position jusqu'à ce que nous soyons 10 et précisémment à la bulle de la table finale.

 

Une chose me dérange cependant, sur ces deux tables de demi-finales, je viens de m'assoir entre les deux autres gros stacks du tournoi et ça va être un peu plus dur de prendre les blindes ou de continuer à se sentir en relative sécurité tout en pouvant mettre la pression à des stacks moyens mais bien moindres.

 

Arrive alors ce coup qui a ruiné mon tournoi et une bonne partie de ma nuit d'hier. Je m'en suis tellement voulu, d'avoir gâché plus de 5h de jeu plutôt solide, une table finale prometteuse, en faisant cet horrible call rivière.

 

Fatigue ? Tilt euphorique ? Ego ?   Quoi qu'il en soit c'est moche !

 

Je vous laisse admirer du grand art:

 

 

Ca pique les yeux, non ?!?!

 

Préflop, Flop et turn: je choisis de jouer smallball contre cet autre gros stack.

 

Petit bet flop, sur lequel ça ne me dérangerait pas d'être relancé, mais simplement suivi me va aussi.

 

Check au turn pour deux raisons principales: contrôle du pot et simulation d'un cbet flop classique sur lequel j'abandonnerais au turn pour inciter une moins bonne main ou un floating à miser. Ca ne marche pas, mais au moins le pot est contrôlé.

 

Alors que je sentais à juste titre être devant préflop, flop et turn (la doublette du 2 ne me paraît pas dangereuse), cette dame à la rivière qui m'offrait les deux top paires me confortait encore plus (à tort) dans le fait que j'avais la meilleure main.

 

Hors de postion, j'opte pour un nouveau check (dans la continuité de ma simulation d'abandon du pot après un cbet manqué) pour induire un nouveau bluff ou pourquoi pas un value bet d'un As fatigué.

 

"Bingo", me dis-je quand il bet enfin la rivière. Je réfléchis un peu et me dit qu'une petite surrrelance au double me paraît être intéressante pour tenter de tirer un peu de value supplémentaire, voyant toujours mon adversaire sur une main très faible ou au pire un bluff.

 

Jusque là, pas de regret sur ces actions (je laisse certes rentrer gratuitement la quinte ventrale fatale, mais à condition de savoir gérer la suite, c'était un risque à prendre pour prendre davantage de valeur en masquant ma main et incitant des bluffs ou des value bets adverses mal tombés).

 

Mais l'inattendu se produit, il m'envoie la boîte en gros overbet.

 

Et là, au lieu de raisonner ICM (en cas de fold, je suis loin d'être désespéré), me rappeler que je joue mon tournoi sur cette main, de relire le board, de réfléchir avec quoi il peut faire ça, je réagis instinctivement et fais un quasi instant call, du genre: "Ca ne me plaît pas du tout, mais il représente rien alors CALL ! ".

 

Je vous laisse imaginer la tronche que j'ai tiré en voyant cette quinte que je n'avais même pas eu le temps d'envisager et qui me sortais du tournoi !

 

Alors qu'avec du recul ça paraît tellement évident qu'un 4bet bluff rivière dans ces conditions est quand même peu probable et qu'en prenant un minimum de temps de la réflexion, il était possible de s'en tirer (ne pas voir qu'il pouvait y avoir une quinte alors que je passe mon temps à lire les possibilités des boards en PLO est déjà un signe de mon absence de lucidité sur le moment). Comment oublier si vite que j'ai affaire à un des seuls tapis capables de m'éliminer, alors que je suis au pied du mur? Pourquoi choisir de foncer dedans à 100 à l'heure, alors que ça méritait quand même d'y réfléchir à deux fois ? Bref j'ai joué les fishs déglingos au plus mauvais moment.

 

Bousiller un tournoi si bien avancé de la sorte, m'a vraiment secoué.

 

Même si je ne suis pas fier de dévoiler ce magnifique coup, passer à confesse me fait du bien. Tiens d'ailleurs, ça me rappelle l'excellent billet de Fred: Mon Dieu, j'ai pêché.

 

Sur ce je vais passer à autre chose, tout en gardant bien cette leçon amère dans un coin de ma tête, pour éviter que ça ne se reproduise à l'avenir. 

 

je peux néanmoins me consoler en me disant que jusqu'alors j'ai rarement, hormis ici, gâché mes tables finales de la sorte.

 

Tag(s) : #Tilt - Fish

Partager cet article

Repost 0