Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par manubluff

Source : Pxhere

Source : Pxhere

Il y a des milieux qui, de prime abord, peuvent sembler complètement différents mais qui en fin de compte regorgent de similitudes, on peut donner l’exemple du poker et de la finance tant les acteurs de l’un trouvent bien souvent le succès dans l’autre. Mais il existe aussi l’exemple opposé de deux pratiques qui pourraient sembler similaires mais qui en vérité n’ont pas grand-chose en commun, on pourrait ici encore citer le poker avec un quelconque autre jeu de cartes comme la belote. Entre le poker et le pari sportif, on est plus là dans une zone grise où il existe à la fois de grandes ressemblances mais aussi de fondamentales différences. Alors est-il aussi facile de se lancer dans le pari sportif après avoir maîtrisé le poker, c’est la question que je me suis posé.

J’ai d’abord essayé de réfléchir aux choses communes entre les deux disciplines. La plus évidente entre les deux est bien sûr la prépondérance de l’argent et du risque. Le but ultime, aussi bien autour des tables de casino que sur les plateformes de pari sportif ou dans les hippodromes, est de miser une somme d’argent et d’espérer en retirer une plus grosse à la fin si l’on arrive à bien jouer le coup, ou de tout perdre si l’on pas été capable de bien lire entre les lignes.

La manière de l’emporter comporte aussi en soin de nombreuses ressemblances dans les deux cas. Au poker, il s’agit de faire le mieux possible en fonction de sa main et, si celle-ci est bonne ou mauvaise, les chances de perdre ou de gagner varient. On retrouve un principe similaire dans les paris sportifs, puisqu’il est aussi bien possible de parier sur des cotes faibles et donc à fortes chances de gagner et des cotes fortes bien plus risquées. Surtout, tout comme une grosse main assure la victoire, une cote faible a de très grandes chances de se révéler rentable. Mais, dans les deux cas, il est bien plus difficile de ramasser de gros gains avec une main forte ou une cote faible. Dans le cas du poker, les autres adversaires sentiront votre main forte et se coucheront et ne vous laisseront donc ramasser que les mises initiales. Et dans le cas du pari, une cote faible signifie que même si votre mise est élevée, celle-ci ne sera que peu multipliée par le facteur de la cote.

Source : Wikimédia

Source : Wikimédia

Le dernier point commun est que la mise initiale que l’on sera prêt à risquer influencera notre gain final. Ainsi, plus celle-ci sera importante, et plus les gains le seront aussi. Au poker, car la somme que vous mettrez sur le tapis devra être égalée par vos adversaires pour pouvoir rester en jeu et donc augmentera largement le pot. Et au pari sportif, car la somme misée est proportionnelle à la somme gagnée. L’autre preuve de cette proximité est que ce sont bien souvent des compagnies de poker qui s'occupent des sites de paris sportif, le meilleur exemple étant BetStars, filiale de la fameuse plateforme PokerStars.

 Mais il existe aussi bien, selon moi, de grandes disparités entre les deux. La principale et plus importante est qu’au poker, vous êtes maître de votre destin, vous pouvez adapter votre tactique en cours de jeu, se retirer quand les haricots semblent cuits et se sortir d’une impasse grâce à un bluff formidable. Mais dans le monde du pari, une fois celui-ci effectué, vous êtes complètement dépendant des performances des sportifs, sans plus aucune possibilité d’influencer le résultat final ou de vous retirer pour limiter les dégâts. En soi, le pari sportif est donc bien plus à quitte ou double que le poker.

Personnellement, si je ne me sens pas de me lancer à fond dans le pari sportif comme une carrière à part entière, je peux comprendre les joueurs de poker qui s’y mettent afin d’y ressentir des émotions extrêmement semblables à celle du Texas Hold’em.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article